Content: FAQ Gaz naturel

Questions fréquentes sur le gaz naturel

Quand la taxe sur le CO2 a-t-elle été mise en place?
Une taxe sur le CO2 sur les combustibles a été mise en place en janvier 2008. En 2006, les émissions de CO2 des combustibles ont diminué de 4,6 % par rapport à 1990. L’objectif de réduction des émissions d’au moins 6 % fixé par le Parlement et le Conseil fédéral n’a donc pas été atteint. Par conséquent, une taxe de CHF 60 par tonne d’émission de CO2 est perçue sur les combustibles fossiles (mazout, gaz naturel).

  • CHF 60 par tonne de CO2
  • environ 1.093 ct/kWh pour le gaz naturel

Quel est l’objectif de cette indexation du prix du gaz naturel sur celui du pétrole?
L’indexation sur le prix du pétrole fut instaurée dans les années 1960. Autrefois, le gaz naturel était encore un nouveau combustible dont le succès était incertain. Les clients industriels hésitaient encore à passer au gaz naturel, car ils se posaient la question suivante: que faire si le prix du pétrole chute soudain fortement et si le gaz naturel devient au contraire plus cher? Afin de minimiser les risques, mais aussi en raison des gros investissements dans le réseau de distribution, une clause d’indexation sur le prix du pétrole fut introduite dans les contrats de fourniture à long terme de gaz naturel: le prix moyen du mazout du dernier semestre a une influence sur le prix du gaz naturel.

L’indexation sur le prix du pétrole ne devrait-elle pas être définitivement supprimée?
Pour le moment, il n’existe aucune alternative judicieuse. De nombreux pays ne connaissent pas l’indexation sur le prix du pétrole, dont les USA. Là-bas, le gaz naturel est négocié dans des bourses d’énergie. Les prix du gaz naturel et du pétrole sont parallèles. Cela est simplement dû au fait qu’au niveau mondial, le gaz naturel et le pétrole sont traités comme des produits interchangeables. Pour les processus industriels et la production de courant, par exemple, de grandes firmes achètent l’énergie la moins chère du moment. En raison de l’augmentation de la demande, elle devient alors également plus chère. Grâce à ce processus, les prix des différentes sources d’énergie s’ajustent en permanence.

Qui est encore aujourd’hui en faveur de l’indexation sur le prix du pétrole:
Une indexation est judicieuse aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs. L’indexation sur le prix du pétrole évite que les producteurs ne fixent des prix arbitraires. De plus, ils sont obligés de vendre le gaz naturel moins cher en cas de baisse des prix.

Pourquoi les prix de l’énergie ont-ils si fortement augmenté par le passé?
Premièrement, la consommation mondiale augmente continuellement ces dernières années, tout particulièrement dans les pays d’Extrême-Orient. Deuxièmement, les stocks de pétrole se raréfient peu à peu. Et troisièmement, les instabilités politiques et les catastrophes naturelles, qui se sont multipliées ces dernières années, ont eu une influence considérable dans les pays de production. Ces facteurs conduisent à de nettes augmentations des prix.

La situation de monopole pour le gaz naturel ne tire-t-elle pas les prix vers le haut? Une fois le marché ouvert, ils chuteront certainement.
Une éventuelle ouverture du marché baisserait à peine les prix car en Suisse, toutes les entreprises de distribution achètent le gaz naturel auprès d’un petit nombre de producteurs ou d’entreprises commerciales à l’étranger. De plus, le gaz naturel est aujourd’hui en concurrence avec d’autres combustibles, comme le bois. C’est la raison pour laquelle il n’est pas dans notre intérêt d’augmenter inutilement les prix, car en faisant cela, la compétitivité du gaz naturel se dégraderait.

Où ESB achète-t-elle le gaz naturel?
​Plusieurs entreprises de distribution nationales ont fondé il y a quelques années la société Communauté du gaz du Mittelland SA (GVM AG). Cette société a pour tâche de grouper l’achat de gaz naturel pour toutes les entreprises partenaires. De meilleurs prix peuvent être obtenus (grâce aux plus grandes quantités achetées). Les collaborateurs de la société GVM ont le savoir-faire adéquat et une expérience de plusieurs années. Il ne serait donc pas judicieux que toutes les entreprises de distribution négocient elles-mêmes des contrats.

D’où vient effectivement notre gaz naturel?
Le gaz naturel distribué en Suisse a été importé ces dernières années des pays suivants:

  • environ 43 % de l’UE
  • environ 21 % de la Norvège
  • environ 22 % de la Russie
  • environ 14 % d’autres pays

Le gaz naturel est-il plus propre que le pétrole?
Le gaz naturel et le pétrole sont des énergies concurrentielles au niveau mondial. Le gaz naturel a pris une grande importance ces dernières années. Il cause moins de nuisances que le pétrole.

A quel point les véhicules au gaz naturel sont-ils non polluants?
Emissions polluantes: contrairement à l’essence et au diesel, le gaz naturel a, selon une étude du TÜV d’Hanovre:

  • 25 % de dioxyde de carbone en moins
  • 60 % d’oxyde d'azote en moins
  • 85 % de monoxyde de carbone en moins
  • pas de particules de suie
  • 90 % d’hydrocarbures imbrûlés en moins
  • 90 % d’hydrocarbures en moins
  • 80 % en moins de gaz produisant de l’effet de serre et de l’ozone
  • moins de nuisance olfactive

Pendant combien de temps y aura-t-il encore du gaz naturel?
Par rapport à la consommation actuelle, les réserves de gaz naturel détectées par des forages sont encore suffisantes jusqu’en 2075. Si l'on ajoute les ressources estimées également exploitables, on estime actuellement que les stocks tiendront jusqu’en 2140. Les plus grandes réserves de gaz naturel au monde se trouvent dans la région de l’ancienne Union soviétique. Environ la moitié des ressources mondiales y est stockée.

Le gaz naturel est-il sûr?
ESB contrôle le réseau de distribution pour détecter les fuites éventuelles. Bien qu’une fuite de gaz ne puisse jamais être totalement exclue, une norme de sécurité élevée est ainsi garantie. Contrairement à d’autres gaz, le gaz naturel est plus léger que l’air et peut se volatiliser. La limite explosive se situe à une saturation entre 5 et 15 %. En dehors de cette limite, il y a soit pas assez d’oxygène, soit trop de gaz pour une explosion. Avant la mise en service d’une installation de gaz, les conduites sont soumises à l’épreuve de la pression et validées uniquement lors du contrôle de l’installation par ESB si les consignes de sécurité sont respectées. Les gaz liquéfiés comme le propane et le butane, utilisés pour le camping, sont, contrairement au gaz naturel, plus lourds que l’air et représentent un risque plus grand pour la sécurité, car les installations ne sont généralement pas contrôlées par des spécialistes.

A quelle fréquence un appareil à gaz doit-il être contrôlé?
​Il n’est pas possible de répondre à cette question de façon générale. Les chauffages sont contrôlés tous les deux ans. Si les valeurs d’émission ne correspondent plus aux directives, un contrôle de l’appareil doit être effectué. Pour les chauffe-bains, appelés chauffe-eau dans le jargon technique, il est conseillé dans le cadre d’une utilisation régulière de faire appel au moins tous les deux ans à un spécialiste. Si les mêmes incidents surviennent plusieurs fois, il faut faire appel à un spécialiste plus tôt. Les appareils plus récents possèdent un capteur au niveau du volet d’air qui provoque l’arrêt de l’alimentation en gaz lorsque les gaz de combustion ne s’échappent plus correctement.

Questions fréquentes sur le biogaz

Quels sont les avantages du biogaz?

  1. Alors que le gaz naturel résulte de plusieurs millions d'années, le biogaz est produit à partir de la fermentation de matières organiques telles que déchets verts ainsi que de boue d'épuration. Le biogaz est donc une énergie renouvelable, exempte de CO2 qui améliore sensiblement le bilan écologique. Le biogaz permet de contribuer essentiellement à la réduction des émissions de substances nocives.
  2. Sans émettre de CO2, le biogaz procure les mêmes avantages que le gaz naturel: confort d'utilisation élevé, combustion propre et facile d'entretien et aucun besoin de local de stockage supplémentaire.
  3. Contrairement à l'utilisation d'autres énergies renouvelables, le biogaz ne nécessite pas d'investissements supplémentaires dans la chaudière. Le biogaz est acheminé dans les mêmes conduites de transport et de distribution que le gaz naturel.

Quelle est la différence entre le biogaz et le gaz naturel?
Sur le plan physique, le gaz naturel et le biogaz sont des produits identiques. Tous deux sont incolores et inodores et ont le même pouvoir calorifique. La différence réside dans le fait que le gaz naturel est une énergie fossile résultant de la fermentation de matières organiques durant des millions d'années, alors que le biogaz est une énergie renouvelable produite de nos jours à partir de matières organiques. C'est la raison pour laquelle on désigne parfois le biogaz comme un «gaz naturel renouvelable». Le biogaz est considéré comme neutre au plan des émissions de CO2, car l'absorption de ce dernier par les plantes a lieu pour ainsi dire en même temps que les émissions proprement dites.

Est-ce que le produit sortant de la conduite de gaz dans la cave est différent du gaz sortant chez le voisin qui se chauffe exclusivement au gaz naturel?
Au plan physique, le biogaz présente les mêmes propriétés et qualités que le gaz naturel. Il ne peut donc pas être différencié dans le réseau de conduites. Cela a le grand avantage que le biogaz et le gaz naturel peuvent être injectés dans le même réseau. Le principe est comparable à celui du courant écologique. Ceux et celles prélevant du biogaz acquièrent une plus-value écologique en plus de l'énergie proprement dite, à savoir une énergie renouvelable et respectueuse de l'environnement. Cette quantité de biogaz est certes produite à un autre endroit, mais est injectée dans le réseau de gaz naturel. La Direction générale des douanes suisses (DGD) surveille le bilan des quantités par le biais d'un service de clearing. La cor- rection des données est très importante pour la DGD pour des raisons fiscales.

D'où provient le biogaz proposé par ESB?
Le biogaz proposé par ESB est fourni par la société «Erdgas Zürich». Cette dernière produit exclusivement du biogaz à partir de la fermentation de matières organiques et de boue d'épuration. ESB n'acquiert aucun biogaz provenant de ressources renouvelables tel le maїs, car cela nous poserait un problème d'éthique. Nous ne voulons en aucun cas concurrencer les denrées alimentaires ou le fourrage pour animaux. Lors de l'acquisition, nous veillons très attentivement à la provenance et à la qualité du gaz.

Quelle est l'importance du biogaz pour ESB?
​ESB s'engage en faveur de l'environnement et investit beaucoup dans les énergies renouvelables. Grâce au biogaz neutre en émissions de CO2 produit à partir de matières organiques (p. ex. déchets verts, boue d'épuration), nous proposons à notre clientèle une solution optimale avec un grand potentiel d'avenir.

À l'avenir aussi, le gaz naturel demeurera un pilier important d'ESB, d'autant plus qu'il peut être très bien combiné avec des énergies renouvelables telles que le biogaz, le bois ou encore l'énergie solaire. De plus, parmi les agents énergétiques fossiles, le gaz naturel présente le taux le plus faible d'émissions de CO2.

Qui peut utiliser le biogaz?
Par principe, tous ceux et toutes celles qui se chauffent, cuisent ou circulent au gaz naturel, peuvent remplacer leur consommation, ou tout au moins une partie, par du biogaz. La quantité de biogaz commandée est injectée dans le réseau de gaz naturel par la société «Erdgas Zürich». Il n'y a aucun changement physique dans la fourniture de gaz.

Que coûte le biogaz?
Majoration de prix pour la plus-value écologique du biogaz (sans fourniture physique du gaz):

5 % du prélèvement total majoration de 0.5 ct./kWh
20 % du prélèvement total majoration de 1.8 ct./kWh
50 % du prélèvement total majoration de 4.0 ct./kWh
100 % du prélèvement total majoration de 8.0 ct./kWh

 

 

 

 

Pourquoi le biogaz est-il plus cher que le gaz naturel?
À l'heure actuelle, la production et le traitement du biogaz reviennent plus chers que le prélèvement de quantités de gaz naturel sur le réseau international de transport correspondant. Par ailleurs, le biogaz réduit notre dépendance vis-à-vis des pays producteurs. Alors que le gaz naturel ne se trouve que dans des régions déterminées de la planète, le biogaz peut être produit en Suisse et/ou dans les pays voisins, où les matières organiques et les boues d'épuration existent en quantité suffisante.

N'y-a-t-il pas une taxe sur le CO2 prélevée pour la part de biogaz utilisée?
Non, car le biogaz pur est pour ainsi dire exempt d'émissions de CO2 et n'est donc pas assujetti à cette taxe. En ce qui concerne les produits contenant une part de biogaz, la taxe n'est perçue que pour la part de gaz naturel. La réduction de la taxe CO2 sur la part de biogaz figure séparément sur la facture.

De quoi dépend le prix du biogaz?
Le prix du biogaz dépend des facteurs suivants:

  • Frais de production et de traitement.
  • Un gaz brut est tout d'abord produit à partir de déchets verts et d'autres matières organiques, ainsi de boue d'épuration. Ce gaz est ensuite raffiné pour obtenir la qualité du gaz naturel et pouvoir être injecté dans le réseau correspondant.
  • Évolution du marché de la biomasse et de l'élimination.
  • Les exploitants d'installations de biogaz tirent leurs revenus de la vente du biogaz, d'une part, et des taxes liées au recyclage des déchets verts et des déchets divers, d'autre part. Les déchets verts et autres matières organiques sont devenus des matières premières convoitées. La concurrence accrue qui en découle autour de la biomasse a pour effet que les revenus susmentionnés ont tendance à diminuer. À l'avenir, les exploitants d'installations de biogaz dépendront de plus en plus des revenus tirés de la vente.
  • Fourniture physique du gaz et frais d'utilisation du réseau.
  • À l'instar du gaz naturel, le transport du biogaz se fait par voie de conduites souterraines via le même réseau de transport et de distribution en Suisse. Ce facteur de coûts est comparable à celui inhérent au gaz naturel.
  • Comme pour le gaz naturel, les frais relatifs à la fourniture physique du biogaz et à l'utilisation du réseau dépendent de l'utilisation qui en est faite et du prélèvement. L'utilisation du réseau est différente selon que le biogaz est utilisé à des fins de chauffage, de cuisson ou pour des applications artisanales et industrielles.

Comment le prix du biogaz va-t-il évoluer à l'avenir?
À long terme, ESB vise une réduction de la différence de prix entre le gaz naturel et le biogaz. Nous supposons en effet que le prix du gaz naturel importé augmentera davantage que le biogaz produit à partir de matières organiques et que la différence de prix actuelle va s'estomper.